L’Institut océanographique de Nha Trang (ville de Nha Trang, province de Khanh Hoa) est considéré comme un dictionnaire des écosystèmes marins. Ici, les touristes peuvent admirer les images vivantes et riches, découvrir des espèces marines et des modèles écologiques océaniques.

La destination idéale à Nha Trang

L’Institut a été créé en 1923 et géré directement par les français jusqu’en 1952. De nos jours, l’Institut est intégré dans le système des instituts de recherche spécialisés du Centre national pour la science et la technologie du Vietnam. Cet Institut s’étend sur une superficie de 20 ha. Et il est situé près de la mer profonde où se rencontrent deux courants chauds et froids avec de nombreuses couches. Le tout afin de créer des conditions favorables pour les espèces marines. De plus, l’Institut d’océanographie compte 20 départements et se divise en plusieurs galeries. Pour avoir un aperçu de la mer au Vietnam, les touristes peuvent voir la maquette de  » terrain du plateau continental vietnamien « .  La maquette est considérée comme un guide pour que les touristes puissent se faire une idée précise de la profondeur du fond marin, de la biodiversité et des ressources marines du pays. De ce fait,  cette maquette est en soi un outil de propagande pour protéger l’environnement marin.

Le musée océanographique Nha Trang (situé à l’Institut d’océanographie) abrite de nombreuses galeries de la vie marine et des écosystèmes marins. En arrivant à la salle d’exposition des créatures marines, les touristes se perdent dans un monde coloré composé essentiellement par de nombreuses espèces rares. La galerie de l’L’Institut d’océanographie expose  en effet 20 000 spécimens de 4 000 espèces d’organismes marins d’Asie du Sud-Est. Ces spécimens sont  recueillis dans la mer de l’est et dans certaines mers côtières dans le but de protéger la biodiversité des organismes marins. Et ils sont divisés en deux catégories: les grands spécimens et les petits spécimens.

La biodiversité de l’institut

Lors de leur visite à l’Institut d’océanographie, les touristes s’intéressent surtout aux milliers d’espèces. En outre, à cette occasion les touristes peuvent voir directement le navire d’exploration en haute mer (d’un tonnage de 30 tonnes, à une vitesse de huit milles) que les scientifiques utilisent souvent dans leur déplacement. Avec plus de 7 000 livres et 60 000 revues scientifiques  envoyées à 140 organisations internationales de plus de 30 pays dans le monde, la bibliothèque de l’Institut d’océanographie offre une grande variété de documents scientifiques marins du XVIIIe au XIXe siècle. Ainsi, cet Institut océanographique contribue à un volume important de travaux de recherche sur l’exploitation et la protection de la mer de l’est. À cela s’ajoutent 1 100 publications, dont 62,6% des études sur la biodiversité, 11,6% de la physique des océans, 7.6% de l’environnement écologique, 5,4% de la géomorphologie marine et 4,4% de la biochimie.

En visitant l’Institut d’océanographie, les bourlingueurs ont plus de connaissances sur la richesse du fond marin, l’intérêt de la conservation de l’océanographie du Vietnam et l’enjeu de la protection de l’océan.  Donc, lors du voyage à Nha Trang, n’oubliez pas de visiter cet Institut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *