Parler de “beauté africaine” dans le monde est presque devenu une expression galvaudée.

L’Afrique est si diverse et ses populations tellement différentes que si l’on doit célébrer la beauté des peuples du continent africain, ce ne peut être que dans sa différence. Si l’on surnomme parfois le Cameroun “L’Afrique en miniature”, ce n’est que pour célébré la manière dont le pays concentre autant de diversité et de beauté.

Bien évidemment, les femmes camerounaises symbolisent mieux que tout ce que signifie “être belle” à l’Africaine. Il n’est donc pas surprenant de voir la femme camerounaise être devenu l’un des exemples de la beauté du continent. Toutes les ethnies que l’on retrouve au Cameroun participe à ce mélange des traits du visage, des formes des corps, des regards, que l’on retrouve dans la diversité des langues parlées.

 

Les femmes camerounaises savent depuis longtemps mettre en valeur cette beauté naturelle, en particulier dans leur sens aigu de la mode. Sachant s’inspirer des traditions vestimentaires du pays, elles ont magnifié le port du Kaba, cette robe initialement imposée par les missionnaires anglais afin de couvrir la trop grande beauté des femmes de la région de Douala, a su se renouveler dernièrement grâce aux talents et l’imagination des tailleurs camerounais et à leurs clientes. Toujours dans la mise en valeur de cette beauté et de cette inventivité, le Toghu, ce tissus de velour noir sert de base des broderies aux couleurs vives. Il a été porté par les délégations camerounaises aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 et Rio en 2016.

Ainsi les exemples de ces femmes camerounaises ayant su faire de leur beauté, le porte étendard des nouveaux standards de la beauté mondiale, en la libérant d’un carcan qui, jusqu’il n’y a pas si longtemps dictait une beauté strictement européenne.

Valérie Ayena, l’ancienne Miss Cameroun 2013 a ainsi près de 180 000 followers sur Instagram! Non seulement elle est l’image de la beauté camerounaise, mais a su profiter de cette notoriété afin de se lancer dans les affaires avec une société d’évènementielle.

Syndy Emade, actrice camerounaise, a su également dépasser son élégance naturelle afin de devenir productrice en lançant Blue Rain entertainment. Elle a ainsi suivi les traces de Lucie Memba et Adela Elad.

En effet, les femmes camerounaises, quelque soit leur région d’origine, possède un esprit d’indépendance, de liberté et d’entreprenariat qui inspire le reste du continent et suscite le respect. Leur liberté est ainsi reconnu au Cameroun dans le cadre d’une parité et d’une égalité qui peut surprendre ceux qui ignorent tout du Cameroun.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *