Vous étonnez-vous aussi du silence de Stéphane Guillon sur les réseaux sociaux ? L’artiste vous explique ici ses raisons.

Devenu la cible des médias et des réseaux sociaux depuis plusieurs mois, Stéphane Guillon a fini par adopter « le silence absolu. » Si l’humoriste français de 55 ans est toujours actif sur Twitter, il préfère être vigilant et réservé dans ses prises de paroles. Interrogé par différents médias ces derniers temps, Stéphane a fini par cracher le morceau en expliquant les raisons qui ont poussé l’artiste à fuir les réseaux sociaux. Retrouvez ci-dessous les détails sur le silence médiatique « Dark Vanneur. »

Souvent incompris et mal interprété, Stéphane Guillon se retire des réseaux sociaux

Après 28 ans de carrière, Stéphane Guillon a été au cœur de plusieurs polémiques. Souvent incompris et mal interprété, l’humoriste a décidé de ne plus s’exprimer sur les réseaux sociaux. Récemment sur une émission télé, l’ex-chroniqueur de France Inter s’est montré réservé quant à l’idée de revenir sur les réseaux sociaux. En effet, il pointe du doigt les injustices dont il est victime de la part des internautes qui prennent du plaisir à déformer ses propos.

« Je ne m’exprime plus sur les réseaux sociaux. Je ne voulais plus être trahi, j’en avais marre d’être trahi. Maintenant, je ne m’exprime que sur scène (…) J’essaye de faire un rire qui a un fond. Je tiens à ce qu’on voit ce que je dis de manière globale. »

L’acteur continue quand même d’offrir des spectacles. Le mois passé, il a présenté un tout nouveau one man show intitulé « Premiers adieux ». À l’affiche de ce numéro, Stéphane a profité pour donner plus de détails sur les raisons de silence sur les réseaux sociaux.

« J’ai perdu des revenus (…) J’ai surtout à un moment donné perdu du travail (…) Quand vous êtes clivant, vous travaillez moins »a-t-il souligné. Interrogé sur le sentiment que lui inspirent les polémiques dont il est la cible, Stéphane répond : « Ce qui m’énerve c’est l’injustice (…) Sinon quand tu donnes des coups tu dois savoir en prendre (…). » Pour conclure, il admet qu’il faut pratiquer l’autodérision et se retirer avant qu’il ne soit trop tard.

Une liberté de ton qui coûte cher

Viré de partout et souvent attaqué, Stéphane Guillon en est arrivé à conclure que c’est sa liberté de ton qui agit contre lui. « À cinq ou six reprises, j’estime que j’ai été trahi et que ces polémiques m’ont fait du tort. Je pense qu’on a tous besoin de travailler à un moment donné (…) Moi ça fait un an et demi que je ne dis plus rien et je n’ai jamais eu autant de propositions de boulot (…) J’ai l’impression que je redeviens fréquentable. »

Après une analyse de la situation, Stéphane semble avoir trouvé la solution idéale : « J’ai eu envie de faire une sorte de bilan sur le rire, la place de l’humour en France, ce qu’on peut dire, ce qu’on ne peut pas dire, les interdits. C’est une sorte de pot de départ. Je dois aujourd’hui mesurer mes prises de parole… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *