Chaque employeur doit mettre en place un système de sauvetage adaptatif au sein de l’entreprise. L’objectif est de fournir un accompagnement rapide aux salariés victimes d’accidents du travail. La formation de sauveteur secouriste du travail (SST) est l’une des actions à entreprendre pour remplir cette obligation. Il participe aux organisations de sauvetage et de prévention des risques. En cas d’accident, il est essentiel de réagir rapidement pour sauver des vies.

Jetons un coup d’œil à tout ce que vous devez savoir sur cette formation afin de définir une stratégie de sécurité adaptée à votre entreprise.

Formation SST : qu’est-ce que c’est ?

Les formateurs en secourisme ont appris à agir le plus rapidement possible en cas d’accident au sein de l’entreprise. La formation dispensée en entreprise convient au plan défini par la Caisse nationale d’Assurance Maladie.

Voici les différences points abordés durant la formation :

  • examen d’une victime ;
  • Alerte d’urgence ;
  • Protection et sécurité du lieu ;
  • Utilisez un défibrillateur ;
  • Fournir des services de secours ;
  • Identifier les situations potentiellement dangereuses ;
  • Agissez dans les situations d’urgence en attendant les pompiers.

La formation ne nécessite aucun prérequis, et chaque employé peuty avoir accès. En effet, cette formation dure deux jours et est prodiguée par un formateur SST certifié par le Réseau Assurance Maladie -Risques Professionnels. Elle est reconnue par l’évaluation : sa réussite dépend de la qualification pour obtenir la certification, qui est renouvelable tous les deux ans.

Vous pouvez suivre une formation SST à la Réunion, si vous souhaitiez en savoir davantage.

SST : quel est son rôle ?

S’il ne se substitue pas à un infirmier, le SST est capable de dispenser les premiers secours. En cas d’accident, il prévient le service ambulancier d’urgence ou les pompiers et décrit la situation. Son intervention prend quelques minutes, c’est le moment d’aider.

Il est important de savoir que lorsqu’il a demandé de l’aide à un collègue de l’entreprise, il n’assumait aucune responsabilité civile.

Si le dommage est causé par maladresse, il en assumera la responsabilité pénale. S’il fournit les premiers soins en dehors de l’entreprise, il supportera la responsabilité pénale et civile. SST aide ses employeurs à identifier les risques afin de développer des solutions adaptées.Pour les accidents du travail ne réclamant ni soins ni arrêt médical, l’employeur peut être prodigué de déclaration. En contrepartie, la SST doit l’enregistrer dans le registre des accidents industriels mineurs dont elle est responsable.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *